uneplive atlas geas

UNEP/GRID-Sioux Falls: Atlas HomeGoogle MapGoogle EarthTours and VideoWeb Service

Your Rating:   
Average Rating:
 

Content from UNEP/GRID, Sioux Fall's website is available free for download. Individual images and photos may be subject to copyright laws. Please read our usage policy for more information.
Please credit UNEP GRID-Sioux Falls for the content as follows: UNEP. (2010). Africa Water Atlas. Division of Early Warning and Assessment (DEWA) United Nations Environment Programme.(UNEP). Nairobi, Kenya.

English ChapterScreen PDFs
(150kb-1.4mb)
Cover screen quality
1 Water Resources screen quality
2 Transboundary Water Resources screen quality
3 Water Challenges and Opportunities screen quality
4 Water Profile of Countries screen quality

Chapitres en françaisScreen PDFs
(150kb-1.4mb)
Page de couverture résolution de l'écran
1 Ressources en Eau résolution de l'écran
2 Ressources Hydriques Transfrontalières résolution de l'écran
3 Défis et Opportunités Liés à L'eau résolution de l'écran
4 Profil Hydrique des Pays résolution de l'écran

Right click (CNTL-Click for Macintosh/UNIX) to download PDFs. PDFs larger than 512kb may take time to open. Please read our Usage Policy for proper use of our material. If you are experiencing difficulties downloading the pdfs, please check our troubleshooting page.

Content from UNEP/GRID, Sioux Fall's website is available free for download. Individual images and photos may be subject to copyright laws. Please read our usage policy for more information.
Please credit UNEP GRID-Sioux Falls for the content as follows: UNEP. (2010). Africa Water Atlas. Division of Early Warning and Assessment (DEWA) United Nations Environment Programme.(UNEP). Nairobi, Kenya.


Site Name Country Major Theme Site Rating Site Views
Site Detail

New Atlas Shows Africa's Vulnerable Water Resources in Striking Detail

From "hotspots" to "hopespots", the Africa Water Atlas maps out challenges and opportunities for water across 53 countries

Addis Ababa/Nairobi, 25 November 2010 - The major challenges facing Africa's water resources have been laid out in striking clarity in a new atlas compiled by the United Nations Environment Programme (UNEP). The Africa Water Atlas uses hundreds of 'before and after' images, detailed new maps and other satellite data from 53 countries to show the problems facing Africa's water supplies, such as the drying of Lake Chad and the erosion of the Nile Delta, as well as new, successful methods of conserving water.

Some of the most compelling images in the Atlas, which was launched during Africa Water Week in Addis Ababa, include algal bloom in Lake Victoria and agricultural run-off in Uganda, pollution from oil spills in Nigeria and a 3km segment of the Nile Delta that has been lost to erosion.

Research carried out for the Atlas shows that the amount of water available per person in Africa is declining. At present, only 26 of the continent's 53 countries are on track to attain the water-provision target of the Millennium Development Goals (MDGs) to reduce by half the proportion of the population without sustainable access to drinking water by 2015.

Furthermore, only nine countries in Africa are expected to attain the MDG target of reducing by half the proportion of the population without sustainable access to basic sanitation by 2015.

But in addition to these water challenges, the Atlas maps out new solutions and success stories from across the continent. It contains the first detailed mapping of how rainwater conservation is improving food security in drought-prone regions. Images also reveal how irrigation projects in Kenya, Senegal and Sudan are helping to improve food security.

The Atlas, compiled by UNEP at the request of the African Ministers' Council on Water (AMCOW) shows how the challenges of water scarcity in Africa are compounded by high population growth, socioeconomic and climate change impacts and, in some cases, policy choices.

Prepared in cooperation with the African Union, European Union, US Department of State and United States Geological Survey, the 326-page atlas gathers information about the role of water in Africa's economies and development, health, food security, transboundary cooperation, capacity building and environmental change in one comprehensive and accessible volume. All images from the atlas are free to use and can be downloaded from www.na.unep.net/atlas.

In total, the Africa Water Atlas features over 224 maps and 104 satellite images as well as some 500 graphics and hundreds of compelling photos. The 'before' and 'after' images, some of which span a 35-year period, offer striking snapshots of local ecosystem transformation in several watersheds being converted to agriculture across the continent.

In addition to well-publicised changes, such as the drying up of Lake Chad, one of the Sahel's largest freshwater reservoirs, or the declining Lake Faguibine in the Niger River Basin and falling water levels in Lake Victoria, the Africa Water Atlas presents satellite images of lesser-known environmental challenges including:

  • Erosion and sinking of the Nile Delta: The Rosetta Promontory lost over 3 km to erosion between 1968 and 2009, while the Damietta Promontory eroded 1.5 km between 1965 and 2008. Furthermore, the delta is currently sinking under its own weight, as new deposits of soil no longer offset the natural effect of soil compaction.
  • Surface runoff from the Entebbe area south of Kampala, Uganda shows up as greenish clouds expanding out into the water as eroded soil, agricultural runoff and domestic waste runs into Lake Victoria, degrading water quality and causing a bloom of algae.
  • In the Niger River Basin, thousands of oil spills, totaling over three million barrels of oil and wastewater from oil production, are among the primary causes of a serious decline in water quality.
  • Overflow from Egypt's Lake Nasser spillway created the Toshka lakes, which have since largely disappeared due to evaporation and, to a lesser degree, infiltration.

The Africa Water Atlas also draws attention to Africa's "water towers", which are sources for many of Africa's transboundary rivers and contribute immensely to the total stream flow of African major rivers. These supply life-giving resources and services in downstream areas such as water for hydropower, wildlife and tourism, small and large scale agriculture, municipalities and ecosystem services. The Water Atlas shows that most of these water towers, from the Middle Atlas Range in Morocco through to the Lesotho Highlands in Southern Africa, are under extreme pressure as a result of deforestation and encroachment.

  • Many areas of the Mau Forest Complex, the largest of Kenya's water towers, had already been converted to agriculture in the 1970s. Over 100 000 ha of forest, representing roughly one-quarter of the Mau Complex's area, have been destroyed since 2000. By 2009, several additional large forest areas had been converted to agriculture.

Africa is known to be a global "hotspot" for water constrained, rain-fed agriculture and climate-driven food insecurity with about 100 million people in Africa living in these areas. But new research, captured in the Atlas, reveals that there are also "hopespots" in drought-prone environments where there is enormous potential for expanding simple water-harvesting techniques.

For the first time, the wide distribution of these "hopespots" has been overlain on a map. Images from the Water Atlas show how the successful harvesting of rainwater in the Horn of Africa, particularly in Kenya, is already mitigating the risk for farmers and helping to reduce food insecurity in their communities.

The Atlas also highlights positive examples of water management that are protecting against, and even reversing, degradation.

  • The damming of the Logone River in the Lake Chad Basin in the 1970s coincided with a period of drought that reduced overbank flooding and disrupted local livelihoods on the Waza Logone Floodplain. Managed releases from the dam beginning in the 1990s restored some of the natural flooding, bringing improved grazing and the return of other valuable ecosystem functions.
  • Sudan's massive Gezira Irrigation Scheme, built in the early 20th century, and other schemes such as Rahad, New Halfa and the Kenana Sugar Plantation, which were built in the 1960s and 1970s, help rank Sudan second in Africa after Egypt in terms of land under irrigation.
  • Along the Senegal River, irrigation schemes beginning in the 1940s and other large investments in the 1980s, including the construction of the Manantali Dam in Mali and the Diama Dam in Senegal, have increased irrigation potential within the Senegal Basin.
  • The Great Man-Made River Project in Libya, which began roughly 30 years ago, is among the largest civil engineering projects in the world. The project brings water from well fields in the Sahara to Libya's growing population. The majority of the system's water comes from Libya's two largest groundwater resources - the Murzuq and Kufra groundwater basins. As much as 80 percent of Libya's groundwater is used for agriculture.

Main Findings and Key Concerns

The main findings of the Africa Water Atlas present challenges and opportunities for Africa as the continent strives to improve the quantity, quality and use of its water resources. These challenges focus on the two-sided nature of water issues in Africa: surplus and scarcity, under developed and over-exploited.

Overall, according to the authors, more than 40 percent of Africa's population lives in arid, semi-arid and dry humid areas. The amount of water available per person in Africa is far below the global average and is declining. Groundwater is falling and rainfall is also declining in some regions. Development of water resources is inadequate and prices to access water are generally distorted, with water provision highly inefficient.

After Australia, Africa is the world's second-driest continent. With 15 percent of the global population, it has only 9 percent of global renewable water resources. Water is unevenly distributed, with Central Africa holding 50.66 percent of the continent's total internal water and Northern Africa only 2.99 percent.

The groundwater resources represent only 15 percent of total renewable water resources, but supply about 75 percent of Africa's population with most of its drinking water. In all regions except central Africa, water availability per person (4 008 m3 in 2008) is under both the African and global averages and lower than that of all of other world regions except Asia, the most populous continent.

Most of the urban population growth has taken place in peri-urban slum neighbourhoods, overwhelming the capacity of water supply networks and resulting in an overall decline in piped water coverage. Between 2005 and 2010, Africa's urban population grew at a rate of 3.4 percent, or 1.1 percent more than the rural population.

Only 26 of the 53 countries are on track to attain the MDG water-provision target of reducing by half the proportion of the population without sustainable access to drinking water by 2015.

Of Africa's 53 countries, only nine are expected to attain the target of reducing by half the proportion of the population without sustainable access to basic sanitation by 2015.

Opportunities to address the woefully inadequate access to improved sanitation include the potential to encourage and support simple entrepreneurial solutions and to embark on a new drive to revolutionize toilets so they are as desirable as mobile phones. The number of mobile cell phone subscribers in Africa reached 448.1 million in 2009, representing an increase of 75 million new users since the previous year and an impressive growth of 20 percent in the customer base since 2008.

Data in the Africa Water Atlas shows that the adoption of improved sanitation, however, has grown at a much slower rate. The vast improvements being made in access to communications technologies in Africa provides an example of how innovation and entrepreneurship in sanitation technologies could also reap economic benefits and improve health and well-being.

Africa has 63 shared water basins. It is a challenge to address potential conflicts over transboundary water resources. On the other hand, there are already at least 94 international water agreements in Africa to cooperatively manage shared waters.

Water scarcity challenges Africa's ability to ensure food security for its population. Agriculture uses the most water in Africa and the estimated rate of agricultural output increase needed to achieve food security is 3.3 percent per annum.

Hydroelectricity supplies 32 percent of Africa's energy, but its electricity use is the lowest in the world. Africa's hydropower potential is under-developed.

Africa is endowed with large and often under-utilized aquifer resources that contain excellent quality water and could provide water security in times of drought. But the continent faces the challenge of providing enough water for its people in a time of growing demand and increased scarcity.

Africa is one of the most vulnerable continents to climate change and climate variability. The continent is already subject to important spatial and temporal rainfall variability. Some regions are becoming drier and floods are occurring more regularly with severe impacts on people's livelihoods.

Africa faces a situation of economic water scarcity, and current institutional, financial and human capacities for managing water are inadequate.

Taking advantage of the latest space technology and Earth observation science, the Africa Water Atlas serves to demonstrate the potential of satellite imagery data in monitoring changes in ecosystems and natural resources. This technology can provide the kind of hard, evidence-based data to support political decisions aimed at improving management of Africa's surface basins and aquifer resources.

Notes to Editors

The Africa Water Atlas features over 224 maps and 104 satellite images as well as some 500 graphics and hundreds of compelling photos. The Africa Water Atlas makes a major contribution to the state of knowledge about water in Africa by bringing together information about water issues in each country and summarizing the state of their progress towards the MDG water targets, synthesizing water issues by looking at them from the perspective of challenges and opportunities and providing distinctive profiles of transboundary water basins and country.

All the materials in the Atlas are non-copyrighted and available for free use as long as the Atlas is acknowledged as the source.

Individual satellite images and other graphics can be downloaded from www.na.unep.net/atlas

For More Information Please Contact Nick Nuttall, UNEP Spokesperson, Office of the Executive Director, on Tel: +254 20 762 3084; Mobile: 254 733 632 755 or when traveling +41 795 965 737; E-mail: Nick.Nuttall@unep.org

Or Angele Luh, UNEP Regional Information Officer, on Tel: + 254 20 7624292; fax: + 254 20 7623928; Mobile: + 254 731 666 140; E-mail: Angele.Luh@unep.org

UNEP News Release - November 2010





Un nouvel Atlas présente la vulnérabilité des ressources en eau de l'Afrique en détails remarquables

Des « hotspots » aux « hopespots », l'Atlas de l'Eau en Afrique cartographie les défis et l'accès à l'eau dans 54 pays.

Stockholm, 31 août 2011 - Les défis principaux de l'Afrique en matière de ressources hydriques sont exposés de manière très claire dans un nouvel Atlas publié par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE). L'Atlas de l'Eau en Afrique utilise des centaines d'images comparant la situation « avant » et « après », de nouvelles cartes détaillées et d'autres données satellites provenant des 54 pays du continent pour mettre en lumière les problèmes d'approvisionnement en eau en Afrique, comme l'assèchement du lac Tchad ou l'érosion du delta du Nil, ainsi que de nouvelles méthodes efficaces destinées à la conservation des ressources en eau.

Le PNUE lance aujourd'hui la version française de l'Atlas de l'Eau en Afrique durant la semaine mondiale de l'eau, à Stockholm, en Suède. La version en anglais a été publiée durant la Semaine africaine de l'eau à Addis-Abeba, en novembre 2010.

L'Atlas présente des images fascinantes parmi lesquelles des photos de la prolifération des algues dans le lac Victoria, des nuages verdâtres formés par l'érosion du sol et ruissellement des terres agricoles en Ouganda, de la pollution par les déversements de pétrole au Nigeria ainsi que d'un segment de trois kilomètres du delta du Nil perdu en raison de l'érosion.

Les recherches effectuées pour l'Atlas montrent que la quantité d'eau disponible par personne en Afrique diminue. A l'heure actuelle, seuls 26 des 54 pays du continent sont sur la bonne voie pour atteindre l'un des huit Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), visant à réduire de moitié la proportion de la population mondiale n'ayant pas durablement un accès à l'eau potable.

Par ailleurs, seuls neuf pays en Afrique devraient atteindre l'objectif des OMD visant à réduire de moitié la proportion de la population qui ne dispose pas durablement d'assainissement de base.

S'il met avant tout en avant les défis liés aux ressources en eau, l'Atlas propose aussi de nouvelles solutions et des exemples de réussites sur le continent africain. Il contient la première cartographie détaillée montrant comment la conservation des eaux de pluie améliore la sécurité alimentaire dans les régions sujettes à la sécheresse. Les images révèlent également comment les projets d'irrigation au Kenya, au Sénégal et au Soudan contribuent à l'amélioration de la sécurité alimentaire.

L'Atlas, établi par le PNUE à la demande du Conseil des Ministres africains sur l'Eau (AMCOW), montre comment les défis de la rareté de l'eau en Afrique sont aggravés par la forte croissance démographique, les impacts de la situation socio-économique et du changement climatique et, dans certains cas, par les choix politiques.

Préparé en collaboration avec l'Union africaine, l'Union européenne, le Département d'état des états-Unis d'Amérique et l'US Geological Survey, l'Atlas de 312 pages rassemble, au sein d'un ouvrage complet et accessible, des informations sur le rôle de l'eau dans les économies africaines et dans le développement, la santé, la sécurité alimentaire, la coopération transfrontalière, le renforcement des compétences et les changements environnementaux. Toutes les images de l'Atlas sont libres d'utilisation et peuvent être téléchargées à partir www.na.unep.net/atlas.

Au total, l'Atlas de l'Eau en Afrique rassemble plus de 224 cartes et 104 images satellites ainsi que quelques 500 graphiques et des centaines de photos fascinantes. Les photographies « avant » et « après », dont certaines couvrent une période de 35 ans, donnent une image frappante de la transformation des écosystèmes locaux dans plusieurs bassins hydrographiques convertis à l'agriculture à travers le continent.

En plus de changements déjà bien connus, tels que l'assèchement du lac Tchad, l'un des réservoirs d'eau douce les plus larges du Sahel, ou le déclin du lac Faguibine dans le bassin du fleuve Niger ou encore la diminution du niveau de l'eau dans le lac Victoria, l'Atlas de l'Eau en Afrique présente des images satellites des défis environnementaux les moins connus parmi lesquels:

  • L'érosion et l'enfoncement du Delta du Nil: le promontoire de Rosette a perdu plus de 3 km en raison de l'érosion entre 1968 et 2009 et le promontoire de Damiette a été érodé de 1,5 km entre 1965 et 2008. Par ailleurs, le delta s'enfonce actuellement sous son propre poids, puisque de nouveaux dépôts de terre ne compensent plus l'effet naturel de la compaction du sol.
  • L'écoulement de surface en provenance de la région d'Entebbe, située au Sud de Kampala, en Ouganda, prend la forme de deux nuages verdâtres qui s'étendent dans l'eau, de même que de la terre érodée, des écoulements agricoles et des déchets domestiques se répandent dans le Lac Victoria, ce qui détériore la qualité de l'eau et engendre la prolifération d'algues.
  • Dans le bassin du fleuve Niger, des milliers de déversements d'hydrocarbures, totalisant plus de trois millions de barils de pétrole et d'eaux usées provenant de la production pétrolière, sont parmi les principales causes d'un important déclin de la qualité de l'eau.
  • Le débordement du canal de déversement du lac Nasser a créé les lacs de Toshka, qui ont depuis en grande partie disparu à cause de l'évaporation et, dans une moindre mesure, de l'infiltration.

L'Atlas de l'Eau en Afrique attire également l'attention sur les "châteaux d'eau" de l'Afrique, qui constituent les sources de nombreux fleuves transfrontaliers et contribuent énormément à l'écoulement fluvial global des grands fleuves d'Afrique. Ils fournissent des ressources vitales et des services dans les zones en aval tels que de l'eau pour l'hydroélectricité, de la faune et de la flore, du tourisme, de l'agriculture à petite et grande échelle, ainsi que des services éco systémiques et municipaux. L'Atlas de l'eau montre que la plupart de ces châteaux d'eau, du Moyen Atlas au Maroc aux hautes terres du Lesotho en Afrique australe, font face à une grande pression en raison de la déforestation et de l'empiètement de l'homme.

  • De nombreuses zones du complexe de la forêt de Mau, le plus grand des châteaux d'eau du Kenya, avaient déjà été converties en terres agricoles dans les années 1970. Plus de 100 000 ha de forêt, ce qui représente environ un quart de la superficie du complexe de Mau, ont été détruits depuis 2000. En 2009, plusieurs autres vastes zones forestières ont été converties à l'agriculture.

L'Afrique est connue pour être un « hotspot » mondial pour son agriculture pluviale et limitée en eau et pour son insécurité alimentaire liée au climat, avec environ 100 millions de personnes en Afrique vivant dans ces zones. Mais de nouvelles recherches, retranscrites dans l'Atlas, révèlent qu'il existe aussi des « hopespots » dans des environnements sujets à la sécheresse où il y a un énorme potentiel pour développer des techniques simples de récupération de l'eau.

Pour la première fois, l'ensemble des emplacements de ces « hopespots » a été représentée sur une carte. Les images de l'Atlas de l'eau montrent comment le succès de la récolte de l'eau de pluie dans la Corne de l'Afrique, particulièrement au Kenya, est déjà en train d'atténuer les risques pour les agriculteurs et de réduire l'insécurité alimentaire dans leurs communautés.

L'Atlas met aussi en évidence des exemples positifs de la gestion de l'eau qui protègent contre, et même inversent, les dégradations.

  • La construction d'un barrage sur le fleuve Logone dans le bassin du lac Tchad dans les années 1970 a coïncidé avec une période de sécheresse qui a réduit les inondations et a perturbé les moyens de subsistance locaux dans la plaine inondable de Waza Logone. La gestion des libérations d'eau du barrage, depuis le début des années 1990 a restauré quelques inondations naturelles, améliorant les pâturages et restaurant d'autres précieuses fonctions de l'écosystème.
  • L'important projet d'irrigation soudanais Gezira, construit au début du 20ème siècle, et d'autres projets tels que Rahad, New Halfa et la plantation de sucre de Kenana, qui ont été construits dans les années 1960 et 1970, aident le Soudan à tenir son rang de deuxième pays d'Afrique après l'Egypte en termes de terres irriguées.
  • Le long du fleuve Sénégal, des systèmes d'irrigation établis dès 1940 et d'autres investissements importants mis en place dans les années 1980, dont la construction du barrage de Manantali au Mali et du barrage de Diama au Sénégal, ont accru le potentiel d'irrigation dans le bassin du Sénégal.
  • L'important projet de rivière artificiel en Libye, qui a commencé il y a environ 30 ans, est parmi les plus grands projets de génie civil dans le monde. Le projet vise à apporter de l'eau provenant de puits dans le Sahara à la population croissante de Libye. La majorité de l'eau du système provient des deux plus grandes ressources en eau souterraine de Libye - les bassins d'eau souterraine de Murzuq et Koufra. 80 pour cent des eaux souterraines de la Libye sont utilisées pour l'agriculture.

Principales conclusions et préoccupations

Les principales conclusions de l'Atlas de l'Eau en Afrique présentent les défis et les opportunités pour l'Afrique à un moment où le continent s'efforce d'améliorer la quantité, la qualité et l'utilisation de ses ressources en eau. Ces défis portent sur la double nature des enjeux liés à l'eau en Afrique: l'excédent et la pénurie, le sous développement et la surexploitation.

D'après les auteurs, plus de 40 pour cent de la population africaine vit dans les zones arides, semiarides ou humides. La quantité d'eau disponible par personne en Afrique est bien inférieure à la moyenne mondiale et diminue. Les eaux souterraines sont moins importantes et les précipitations sont également en baisse dans certaines régions. Le développement de ressources en eau est insuffisant et les prix de l'accès à l'eau sont généralement biaisés, en raison d'un approvisionnement en eau très inefficace.

Après l'Australie, l'Afrique est le deuxième continent le plus sec du monde. Avec 15 pour cent de la population mondiale, l'Afrique compte seulement 9 pour cent des ressources renouvelables en eau. L'eau est inégalement répartie, l'Afrique centrale détenant 50,66 pour cent du total de l'eau du continent et l'Afrique du Nord seulement 2,99 pour cent.

Les ressources en eaux souterraines ne représentent que 15 pour cent du total des ressources renouvelables en eau, mais fournissent environ 75 pour cent de la population de l'Afrique pour la plupart de son eau potable. Dans toutes les régions, sauf en Afrique centrale, la disponibilité en eau par personne (4 008 m3 en 2008) est inférieure aux moyennes africaines et mondiales et est plus faible que celle de l'ensemble des autres régions du monde mis à part l'Asie, qui est le continent le plus peuplé.

La plupart de la croissance de la population urbaine a eu lieu dans les quartiers de taudis périurbains, dépassant de loin la capacité des réseaux d'approvisionnement en eau et résultant en une baisse globale de la couverture en eau courante. Entre 2005 et 2010, la population urbaine de l'Afrique a augmenté à un taux de 3,4 pour cent, soit 1,1 pour cent supérieur au taux de croissance de la population rurale.

Seuls 26 des 53 pays sont sur la bonne voie pour atteindre le niveau établi par les OMD de réduire de moitié la proportion de la population n'ayant pas durablement un accès à l'eau potable d'ici 2015. Sur 53 pays africains, seuls neuf devraient atteindre l'objectif de réduire de moitié la proportion de la population qui ne dispose pas durablement d'assainissement de base d'ici 2015.

Il existe des moyens pour gérer l'accès terriblement inadapté à des sanitaires corrects tel que la possibilité d'encourager et de soutenir des solutions entrepreneuriales simples ainsi que d'initier un processus révolutionnaire afin que les toilettes deviennent aussi nécessaires que les téléphones mobiles. Le nombre d'abonnés au téléphone portables en Afrique a atteint 448,1 millions en 2009, ce qui représente une augmentation de 75 millions de nouveaux utilisateurs depuis l'année précédente et une croissance impressionnante de 20 pour cent de la clientèle depuis 2008.

Les données de l'Atlas de l'eau en Afrique montrent que, cependant, l'adoption de meilleurs sanitaires, a augmenté à un rythme beaucoup plus lent. Les importantes améliorations réalisées pour l'accès aux technologies de la communication en Afrique constituent un exemple de la façon dont l'innovation et l'entrepreneuriat dans les technologies sanitaires pourrait également apporter des avantages économiques et améliorer la santé et le bien-être.

L'Afrique a 63 bassins d'eau partagés. Régler les conflits potentiels sur les ressources en eau transfrontalières représente un défi. D'autre part, il ya déjà plus de 94 accords internationaux sur l'eau en Afrique pour gérer, en coopération, ces eaux partagées.

La pénurie d'eau met à l'épreuve la capacité de l'Afrique à assurer la sécurité alimentaire de sa population. L'agriculture est le secteur le plus consommateur en eau en Afrique et le taux estimé d'accroissement de la production agricole nécessaire pour atteindre la sécurité alimentaire est de 3,3 pour cent par an.

L'hydroélectricité fournit 32 pour cent de l'énergie en Afrique et la consommation d'électricité du continent est la plus basse du monde. Le potentiel hydroélectrique de l'Afrique est sous-développé. L'Afrique est dotée de grandes ressources aquifères souvent sous-utilisées qui contiennent de l'eau d'excellente qualité et qui pourraient assurer l'approvisionnement en eau en période de sécheresse. Mais le continent est confronté au défi de fournir suffisamment d'eau pour sa population dans un contexte de demande croissante et de rareté accrue.

L'Afrique est l'un des continents les plus vulnérables au changement climatique et à la variabilité du climat. Le continent est déjà soumis à une variabilité importante des précipitations, à la fois spatiale et temporelle. Certaines régions sont de plus en plus sèches et des inondations se produisent plus régulièrement avec de graves répercussions sur les moyens de subsistance des populations.

L'Afrique est confrontée à une situation de pénurie d'eau économique, et les capacités actuelles, institutionnelles, financières et humaines pour la gestion de l'eau sont inadaptées.

Profitant des dernières innovations des sciences de l'espace et de l'observation de la Terre, l'Atlas de l'Eau en Afrique vise à démontrer le potentiel des données d'imagerie satellite dans le suivi des changements dans les écosystèmes et les ressources naturelles. Cette technologie peut fournir des données fiables et probantes utiles pour appuyer des décisions politiques visant à améliorer la gestion des bassins de surface et les ressources aquifères de l'Afrique.

Note : L'Atlas ayant été réalisé avant l'accession à l'indépendance de la République du Soudan du Sud, il ne présente pas le profil hydrique de ce pays mais celui de l'ex-République du Soudan, rassemblant l'actuelle République du Soudan et la République du Soudan du Sud.

Notes aux rédacteurs

L'Atlas de l'Eau en Afrique contient plus de 224 cartes et 104 images satellite ainsi que quelques 500 graphiques et des centaines de photos fascinantes. L'Atlas de l'Eau en Afrique apporte une contribution majeure à l'état des connaissances sur l'eau en Afrique, en réunissant des informations sur les enjeux liés à l'eau dans chaque pays et en résumant l'état de leurs progrès vers les objectifs relatifs à l'eau des OMD, en synthétisant les enjeux liés à l'eau, en les analysant du point de vue des défis et des possibilités ainsi qu'en fournissant des profils distincts des bassins d'eau transfrontiers et des pays.

Tous les matériaux dans l'Atlas sont non protégés et disponibles pour une utilisation gratuite, tant que l'Atlas est reconnu comme en étant la source.

Les images satellites et autres graphiques peuvent être téléchargés depuis www.na.unep.net/atlas

Pour plus d'information, contactez:

Nick Nuttall, Porte-parole du PNUE, Bureau du Directeur exécutif, au Tél: +254 20 762 3084, Mobile: 254 733 632 755 ou lors des déplacements +41 795 965 737, E-mail: nick.nuttall@unep.org

Ou Angèle Luh, Chargée d'information, Bureau régional du PNUE pour l'Afrique, au Tel: + 254 20 7624 292, fax: + 254 20 7623 928, Mobile: + 254 731 666 140, E-mail: Angele.Luh@unep.org

Communiqué de presse du PNUE - Août 2011

Google Earth Tours

Content from UNEP/GRID, Sioux Fall's website is available free for download. Individual images and photos may be subject to copyright laws. Please read our usage policy for more information.
Please credit UNEP GRID-Sioux Falls for the content as follows: UNEP. (2010). Africa Water Atlas. Division of Early Warning and Assessment (DEWA) United Nations Environment Programme.(UNEP). Nairobi, Kenya.

Africa Water Atlas (38.9mb pdf)
Errata for Africa Water Atlas (Hard Copy)

Summary for Decision Makers (English, French)
Errata for Summary for Decision Makers (Hard Copy)

Multimedia

Powerpoints

Posters

Maps

?>